L’investissement forestier : un placement qui attire malgré la hausse continue du prix des forêts

investissement-forestier-un-placement-GFF-qui-attire-les-épargnants-français-en-2017Une étude d’Agrifrance 2016 nous informe que le prix des forêts ne cesse de progresser puisqu’il a augmenté de 4-5% depuis 1998. Une augmentation des prix qui traduit un engouement des investisseurs français pour les forêts.

Cette attractivité du marché des forêts s’explique pour deux raisons :

  1. Avantages fiscaux
  2. Rentabilité globale du capital investi positive

Il faut toutefois préciser que ce sont principalement les particuliers qui sont investisseurs et propriétaires de forêts, surtout sur le segment des petites forêts de 1 à 10 hectares.

Un prix des forêts en hausse, mais des disparités

Le prix moyen des forêts français s’établit en 2016 à 4100 euros l’hectare contre 4020 euros en 2015, ce qui représente une augmentation de 2.1%.

Toutefois, ce prix moyen dissimule de fortes disparités selon les essences et les régions puisque le prix de l’hectare peut aller de 670 euros à 12 040.

Cette hausse des prix s’explique notamment par un engouement qui provoque une hausse de la demande (elle-même provoquée en partie par les faibles taux d’intérêts).

L’investissement dans les petites parcelles (de 1 à 10 ha) est dédiée à de l’agrément tandis que les opérations d’investissement sont majoritairement réalisées sur le segment des très grandes forêts. Dans ce cas, les particuliers n’investissent pas seul deviennent porteurs de parts d’un groupement financier agricole (GFA).

Les très grandes forêts, très attractives

Le marché des forêts de 100 ha et plus connaît une demande toujours plus forte du fait des achats de surface par des personnes morales privées (agricoles, forestières, institutionnelles etc…). Toutefois, sa structure restreinte en fait un marché tendu dans laquelle la demande est largement supérieure à l’offre.

Les avantages fiscaux de l’investissement en forêt

L’investissement dans les forêts permet aux propriétaires des réductions d’impôts. Ainsi, les propriétaires de forêts ou les porteurs de parts de groupement foncier forestier ou rural bénéficient sous conditions :

D’un abattement de l’ISF de 75% de la valeur de la forêt

D’un abattement de 75% des droits de mutation lors de leur transmission par donation ou succession.

Conclusion

La bonne santé des marchés forestiers devraient continuer selon diverses indicateurs puisque, même si le prix des forêts est en hausse depuis des dizaines d’années, elles sont moins chères que leurs voisines européennes.

De plus, pour protéger les épargnants intéressés par ces investissements et dans une période de multiplication des placements « atypiques » (forêts, vins, œuvres d’art etc…), l’AMF a annoncé le 17 mai 2017 l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation. Celle-ci permettra à l’AMF de :

-réguler les offres et accordera un numéro d’enregistrement à celles qui respectent les exigences législatives et réglementaires

-assurer des garanties minimales aux épargnants (compétence dans le secteur d’activité, détention effective des biens proposés etc…).

L’investissement forestier : un placement qui attire malgré la hausse continue du prix des forêts
5 (100%) 4 votes